jeudi 11 août 2011

J-497. A vos Bunkers !

L'apocalypse progressif de la jeunesse. Ou comment détruire l'avenir.

Le web, la télévision, la radio, les journaux et toutes les médiations ont pour rôle théorique de dévoiler les informations, les nouveautés du moment. Qu'elles soient impartiales, totalement fiables, ou subjectives et censurées, quoi qu'il en soit, elle se doivent de rester crédibles. Ce, pour leur survie dans le temps, et dans l'économie capitaliste. On sait que de temps à autres, selon les périodes, les informations divulguée sont plus où moins futiles. Ainsi, dans la même semaine on peut se retrouver face à ces type de gros titre :
"Émeutes : Cameron n'exclut pas de recourir à l'armée"; "Louboutin n’a plus l’exclusivité des semelles rouge". D'où l'idée de la diversité des propos .. Evidemment, chacun place la priorité selon ses propres centres d'intérêt.
Malgré cette hétérogénéité de l'information, les codes journalistiques veulent une vérification des propos soulevés et les informations brutes sont par définition, exactes (où du moins tendent à l'être).

Depuis l'ère de l'Internet cependant, de nombreuses rumeurs se fondent aux véritables informations pour parfois même s'y substituer. Le plus problématique dans tout cela est que personne n'arrive plus à distinguer le vrai du faux.

La dernière en date, ou du moins, celle qui fait parler d'elle depuis maintenant plusieurs années, viendrait d'une légende Maya. Bien loin d'être réjouissante, elle engendre des réactions qui vont du mépris à la peur, selon ceux qui y croient ou non.

On dit que la fin du Monde est prévue pour le 21 décembre 2012

 Autant dire que cette rumeur fait couler de l’encre.  Selon de nombreux oracles et selon le peuple Maya, le solstice du 21 décembre 2012 annoncerait l’apocalypse, la fin du Monde tel que nous le connaissons. Ce cataclysme n’arriverait pas subitement, il serait précédé par de nombreuses catastrophes naturelles, par des bouleversements climatiques, etc. Autant dire que cette rumeur a prit tout son sens lors des dernières grosses catastrophes : l’ouragan Xynthia en Vendée, le Tsunami au Japon, La tornade à Haïti, la famine en Somalie. Sans oublier le fait qu’il face 25 degrés en Bretagne au mois d’avril et que des espèces d’animaux exotiques ont été retrouvées sur les côtes de l’Atlantique.

 Alors fausse rumeur ou véritable prédiction ? A vrai dire, personne ne peut savoir. Cependant, le vent de panique engendré par cette annonce il y a quelques années a fait exploser un nouveau commerce : celui des kits de survie. Des milliers de personnes à travers le monde, paniqués dépensent des fortunes en nourriture lyophilisée, en packs d’eau et en matériel nécessaire à leur survie. De nombreux Bunkers ont également été achetés. Ce phénomène amène à penser que la fin du monde fait des heureux, et d’ailleurs, il ne serait pas étonnant que ce soit juste une annonce pour faire un véritable buzz commercial. En temps de crise, la consommation est en baisse, comment la relancer ? En annonçant une fin proche et des possibilités d’y échapper en s’enfermant sous terre pendant quelques temps.
Donc entre ceux qui persistent à penser que les signes sont trop nombreux, qu'ils ne trompent pas, que la fin est proche et ceux qui profitent de la situation pour se créer un capital monstre fondé sur les peurs de leurs concitoyens, cette rumeur sort de l'éthiquement correct.
Gros montage ou incompréhension des calculs, quoi qu’il en soit l’apocalypse est à la mode.  On en parle à la télé, dans les journaux, sur le web. Un site Internet met même le compte à rebours. Il nous resterait donc, dramatiquement, seulement 497 jours à vivre. Si l'on s'y réfère c'est très peu, mais suffisant pour s'acheter un abris sous les roches ! Alors vite, courrons acquérir ce bunker, héros de l'apocalypse, garant de la survie, pour seulement 50 000 €. Ainsi nous relancerons  le PIB de tous les pays du monde et profiterons aux NAI (Nouveaux Agents Immobiliers). Ces derniers veulent en effet s'assurer une bonne retraite et des jours heureux jusqu'à la fin.. Proche ? Ce fantastique paradoxe de ceux qui ont peur et de ceux qui en jouent pour assurer une richesse qui leur profitera bien plus que quelques 500 jours, montrant dans un sens une quelconque absurdité sur la question, ne fait apparemment pas l'unanimité. En effet ce sujet reste sérieux au yeux des médias et des gouvernements, et nous arriverions donc, au crépuscule de notre espèce.

 Cependant, si nous voulons malgré tout essayer de chercher la vérité ou elle est, n’oublions pas que c’est la centième fin du monde annoncée et pourtant nous sommes toujours là, alors rien ne sers de paniquer et de s’y préparer. Surtout que si le monde tombe en friche, les seuls responsables sont sous vos yeux et vivent sous votre toit. Ne tuez pas vos conjoint(e)s et enfants, je parle de vous, de moi, de l'humanité dans sa globalité.
Quoi qu'il en soit, achetez un bunker si vous le souhaitez mais si la fin du monde devait vraiment arriver personne n’y survivrai à l’image de ce qui est arrivé aux dinosaures. Qui plus est, la fin la plus probable est lors de l’explosion du soleil  qui n’est pas prévue avant 400 millions d’années. 

Mais comme on dit chez moi, qui sait ? Alors RIP petits humains. 


1 commentaire:

  1. Tututu! Pas explosion mais Implosion!!
    Bon ok je sors...---->[exit]

    RépondreSupprimer